La plupart des banques décident de restreindre le financement du charbon

Les banques, notamment Crédit Agricole, Société Générale, BNP Paribas et Naxitis, ont pris conscience que l’investissement dans le charbon présente un risque financier. Ainsi, ils ont décidé de restreindre leurs financements dans le secteur. De toutes les façons, il ne s’agit qu’une simple adaptation à la loi de l’offre et de la demande. Les clients sont aussi devenus plus sceptiques à l’investissement dans le charbon. Ceci est dû surtout au projet de réduire le réchauffement climatique à 2 degrés. Ainsi, l’exploitation de charbon sera réduite automatiquement puisqu’une importante taxe sera instaurée.

Quels sont les risques financiers ?

Maintenant, le monde entier vise pour une énergie renouvelable et plus écologique. Ainsi, la participation du charbon dans la production d’électricité sera réduite sur le plan international. Tous les pays se verront donc limiter l’exploitation du charbon. Ainsi, le risque d’amortir l’investissement dans le secteur sera long. Les banques n’ont plus rien à gagner à financer massivement le secteur carbone. Puis, en contrepartie, elles ont un nouveau marché en vue. La transition énergétique est très promue en France comme à travers le monde. Les demandes de financement dans l’énergie renouvelable sont colossales. Les banques ont donc un nouveau terrain plus prometteur.

Une lutte contre le réchauffement climatique

Le ministre des Finances Michel Sapin a fortement précisé qu’il s’agit d’une démarche pour préserver l’environnement et pour freiner le réchauffement climatique. Les banques sont donc incitées pour aller plus loin dans leurs actions. Le ministre a fait appel à une coalition de décarbonation des portefeuilles. Axa par exemple a décidé de désinvestir toutes les entreprises qui ont comme principale activité l’exploitation du charbon. La banque allemande Allianz a également décidé de faire de même. CNP Assurances pour sa part va réduire de 20 % son financement du secteur du charbon à horizon 2020. Donc, en résumé il ne s’agit pas tout simplement de crainte financière, mais également de préservation de l’environnement.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*