Diabète et risque d’AVC

Le diabète expose à des risques de complications lorsque le taux de glycémie est totalement déséquilibré et qu’il est difficile de le stabiliser. Ces complications peuvent présenter des symptômes bien que ce ne soit pas toujours le cas. Un taux de glycémie instable signifie que le patient est tantôt dans une phase d’hyperglycémie, tantôt dans un état d’hypoglycémie. Lorsque ce « yoyo » dure trop ou qu’il se produit un peu trop régulièrement, les nerfs ainsi que les vaisseaux sanguins commencent par s’altérer pour finir par être totalement endommagés. Il en résulte une destruction progressive des cellules de plusieurs organes du corps humain ainsi qu’une fragilisation des artères. Dans ce dernier cas, on n’est plus à l’abri d’un AVC.

Réactivité

Les complications du diabète peuvent parfois être fatales. Voilà pourquoi, il est fondamental que vous soyez vigilant à tout moment : que vous soyez diabétique ou que ce soit un de vos proches qui soit atteint de cette maladie, ne négligez ni les contrôles médicaux, ni les signes envoyés par votre corps. Dès lors que vous vous sentez un peu bizarre ou que le diabétique que vous accompagnez semble ne pas être dans son assiette, et surtout, que vous vous trouvez quelque part où il n’y a pas de médecin, pensez à faire une consultation sur Medilico. Bien évidemment, en cas d’urgence, tel lors de la survenance d’une AVC, l’unique chose à faire est d’aller aux urgences, ou d’appeler le SAMU, ou les pompiers.

De l’hypertension à l’AVC

L’AVC est une maladie dont on guérit, mais qui est malheureusement fatale dans certains cas. Dans le cas du diabète, c’est l’hypertension qui est la cause de quasiment tout, aussi bien de l’infarctus du myocarde que de l’AVC. Chez un patient diabétique, une hypertension qui n’est pas soignée (supérieure à 14/8 de pression artérielle) oblige le cœur à fournir constamment plus d’effort. À la longue, ce muscle garant de toute vie finit par se fatiguer. Le sujet diabétique peut donc être confronté à un arrêt cardiaque. Mais ce n’est pas tout. La tension élevée tire également la pression sanguine vers le haut. Les artères doivent alors faire face à des contraintes mécaniques trop puissantes pour elles, et finalement, les plus fragiles rompent. Les premières artères concernées sont ceux du cerveau. Vous l’avez compris, c’est ainsi que se produit un AVC.

La réduction du risque

Il est primordial pour le diabétique de faire chaque année un bilan cardiologique. Tous les jours, il est important qu’il mesure sa tension artérielle. A la moindre augmentation, il doit consulter son diabétologue qui lui fera une prescription. Mais ce n’est pas seulement ça. Il est important de stabiliser le taux de glycémie. Cela passe par une excellente hygiène de vie, caractérisé par un mode alimentaire spécifique (beaucoup de légumes, limitation des fruits…) ainsi que des activités physiques quotidiennes. Ces dernières doivent toutefois être d’intensité modérée. Un diabétique a également intérêt à arrêter le tabac, à faire un régime en cas d’obésité, de surpoids ou d’un excès de graisse abdominale. Enfin, il devrait réduire drastiquement la consommation d’aliments gras.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*