Contrôle technique renforcé pour une meilleure sécurité routière

Le contrôle technique va se durcir cette année. Pourquoi ? Pour garantir une meilleure sécurité routière et environnementale. Plusieurs points ont été revisités, dont les plus importants sont le nombre de contrôle à effectuer et la durée accordée avant la contre-visite.

Le contrôle technique passe de 124 à 400 points de contrôle

Le nombre de points à contrôler a fait plus que doubler. A compter du mois de mai 2018, le nombre de points à examiner va grimper à 400. Auparavant, on considérait uniquement les points-clés du véhicule, dont la défaillance conduit à un accident inévitable. Toutefois, plusieurs problèmes moins importants concourent à dégrader petit à petit le véhicule, menant tôt ou tard à une défaillance grave. Le plus dur est la facture qui va fatalement augmenter pour réaliser un contrôle technique. Le propriétaire du véhicule peut être également amené à faire plus de réparations sur son véhicule puisque aucune défaillance n’échappe au contrôle technique. Oui, mais ceci contribue à la sécurité de tous les usagers de la route, conducteurs, passagers et piétons.

Délai réduit avant la contre-visite

Avant, on disposait de deux mois après le contrôle technique pour faire réparer son véhicule et subir une contre-visite. Ce délai de deux mois sera réduit à vingt-quatre heures seulement. Pour réduire vos dépenses, choisissez le meilleur prix pour votre contrôle technique et repérez dès à présent les garages proposant un bon prix. Retenez un ou deux, pourquoi pas trois adresses de garage pour effectuer rapidement les réparations afin de respecter le délai de 24 h. Eh oui, le propriétaire d’un véhicule ne dispose que d’un jour pour se rendre chez le garagiste et réparer tous les points défaillants de sa voiture. Le cas échéant, il subira une interdiction totale de circuler. Quoi qu’il en soit, cette sévérité est réservée uniquement aux défauts dits critiques, c’est-à-dire les problèmes qui présentent un réel danger pour la sécurité des usagers de la route et de l’environnement. 146 défauts sont jugés intolérables, dont la fuite de liquide de frein, la pression insuffisante dans le système de freinage, le câblage électrique en mouvement et la corrosion du châssis diminuant sa résistance.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*