Comment fonctionne un test de paternité ?

Un test de paternité sert à vérifier le lien existant entre un enfant et son père. Le résultat du test se base sur la comparaison de l’ADN des deux individus concernés. Quand l’ADN de l’enfant concorde avec celui du supposé père, il y a une probabilité de paternité de 99%. Réciproquement, quand celui-ci ne concorde pas, cela indique qu’il n’est pas le géniteur biologique de l’enfant.

Comment procède-t-on à un test de paternité ?

Le test de paternité peut être effectué de deux manières différentes. On peut réaliser un examen qui consiste à comparer le sang des personnes demandant un test de paternité, mais on peut aussi faire une identification à l’aide des empreintes génétiques, par exemple avec un échantillon de salive ou de cheveux. L’objectif est d’identifier s’il y a des caractéristiques semblables entre les gênes du père présumé et de l’enfant. Les résultats d’un test de paternité sont toujours fiables à 99,99 %.

Que dit la loi sur le test de paternité ?

En France, on ne peut pas effectuer un test de paternité sans l’autorisation d’un juge. Ce test se fait généralement dans le cadre d’une procédure judiciaire pour déterminer un lien de filiation. Une procédure à titre privé est donc illégale. Par ailleurs, le test doit être réalisé par des professionnels agréés et il nécessite le consentement des individus concernés. Selon la loi en France, un refus catégorique et sans justification de se soumettre à un test de paternité est interprété comme une confession de paternité.

Test de paternité prénatal

Afin de déterminer le vrai père d’un enfant qui va naître, il est possible de réaliser un test de paternité prénatal, c’est-à-dire durant la grossesse. Ce test peut être effectué grâce à un prélèvement du sang de la mère qui contient l’ADN fœtal. D’autres méthodes plus lourdes comme le prélèvement de villosités dans le col de l’utérus peuvent aussi être effectuées. Comme pour les tests de paternités traditionnelles, les marqueurs génétiques du présumé père vont être comparés avec l’ADN du futur bébé. À noter qu’un test de paternité prénatal doit être réalisé dans le cadre d’une procédure judiciaire pour être légal.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*